Le Projet #LR (à valider)

Voici mon interprétation du projet politique LR au vu des communiqués diffusés, en particulier celui du 12/02/2016… Il manque quelques noms et les thèmes correspondant.

A suivre donc..

projetLR

 

Publicités

Something’s gotta give!

Familière aux anglophones cette expression signifie que quelque chose va craquer, céder sous la pression… C’est celle qui m’est venu immédiatement à l’esprit à l’issue de ce Conseil National Les Républicains. Pour ceux qui étaient encore sceptiques le doute n’est plus permis. Nicolas Sarkozy va utiliser le parti pour pousser ses adversaires hors du cadre Les Républicains et rester seul au centre de l’image. Y arrivera t’il ? Je ne le pense pas mais la méthode va certainement produire quelques résultats et laisser des traces…

Au pas de charge il va faire adopter par le parti une plateforme de propositions qui sera directement inspirée par lui et essayer de contraindre les candidats à adopter cette plateforme s’ils désirent aller à la Primaire avec le « label » LR (et comment y aller sans puisque justement la primaire n’est ouverte qu’au membres du parti). Si cette plateforme était refusée par certains candidats NS aurait alors tous les arguments pour tenter de bloquer leur parrainage par des élus (250 dont 20 parlementaires) requis pour participer. voire même celui des 2 500 adhérents (1% du parti). Les élus se retrouvant dans une situation un peu compliquée avec le risque potentiel de perdre leurs investitures à venir…

Ce scénario aboutirait probablement à un éclatement du parti mais en l’état actuel je ne sais pas qui y aurait le moins à perdre… LR est un parti puissant avec une base militante bien rodée au combat électoral le réduire en cendres n’est pas si facile et serait une perte pour la Droite Républicaine, en créer un autre prendra du temps et risquerait de créer une brèche dans laquelle le FN s’engouffrerait avec délectation.

Pour ceux qui doutent de ce que je viens de décrire, les déclarations des Porte-Paroles me semblent sans équivoque. Un seul exemple (ici à 02’56 ») Valérie Debord sur BFM hier (samedi) soir : « Je fais le pari que tout candidat à la Primaire ne pourra pas refuser un texte sur lequel se seront majoritairement prononcés la majorité (sic) des adhérents de notre mouvement »

vd20160213 

Nominations: Pourquoi ces « binômes »

Pourquoi des Binômes ?

29 binômes de Secrétaires nationaux, j’ai cru tout d’abord à un renforcement de la parité, je sais NKM -entre autres- très favorable à la parité et j’approuve cette idée, mais dès la 3eme ligne je me suis rendu compte que ce n’était pas le cas. Les statuts prévoient que chaque SN préside un Groupe de Travail ces binômes ne me semblent pas judicieux, sauf si chacun avait ses prérogatives mais dans ce cas là pourquoi créer des binômes ?

Nominations: Beaucoup de monde

Une nouvelle équipe dirigeante (selon la formule consacrée) vient d’être désignée, a priori elle est complète puisque les dernières nominations ne se terminaient par l’autre formule consacrée : «d’autres nominations suivront». Je ne discuterai pas dans ce billet des personnes elle-mêmes je n’ai pas une connaissance suffisante des uns et des autres -sauf des plus connus- pour interpréter la sens politique de ces nominations J’y reviendrai certainement plus tard…

Pour garder l’esprit blog et mettre de petits textes plus faciles à assimiler et nécessitant moins de temps de lecture j’ai divisé mon article en 4 billets

Beaucoup de monde
On a encore augmenté le nombre de cadres nommés. Les instances sont composées de membres élus (comme le président, ou la plupart des membres du CN) de membres de droit (souvent des élus maires, parlementaires…) et de membres nommés. C’est sur ceux-là qu’on peut jouer le plus facilement, les Statuts n’imposant pas vraiment de limites… et au niveau national ces membres sont le plus souvent nommés par le Président bien que les Statuts précisent dans la plupart des cas que c’est le Bureau Politique qui approuve et nomme les cadres sur proposition du Président. Les communiqués publiés ne rendent pas compte de cette obligation statutaire, je lis à presque chaque fois «le Président a nommé» mais je chipotons pas trop, je pense que le Président obtiendrait sans difficulté l’aval de son Bureau Politique. Bref on passe d’environ 80 personnes à quasiment 110 soit 40% de plus si on garde en mémoire que le BP est passé d’une cinquantaine de personnes (54) a 120 on se demande quel est le sens de cette évolution.

J’ai bien ma petite idée…:-)

nominations et remarques sur les Statuts

Depuis le Congrès de samedi dernier (30 mai) deux communiqués ont annoncé des nominations.

Le premier en date du 02/06 annonçait des confirmations de rôle: NKM / VPA, L. Wauquiez / SG, S. Huygue / PP, P. Chatel et B. Hortefeux /CP) et trois changements: Eric Woerth qui était DG à l’Economie devient DG au Projet, Isabelle Le Callennec qui était PP devient DG adjointe au Projet ) et Lydia Guirous Secrétaire Nationale ‘République et Laicité’ devient Porte-Parole.

LRCOM20150602.

Un simple remaniement donc sans nouvelles entrées dans l’équipe dirigeante.

Hier un nouveau communiqué (voir photo ci-dessous)  apporte 7 confirmations (Ciotti, Darmanin, Primas, Lellouche, Ollier, Daubresse, Douillet) et 18 changements dont 3 véritables entrées Christian Saint-Etienne (Délégué à l’Économie à la place d’Eric Woerth), Maud Fontenoy Déléguée à l’Environnement et Camille Bedin (Déléguée Nationale aux Fédérations).

NOM20150605

Voici donc la liste des modifications et confirmations contenue dans les 2 communiqués :

confirm-20150606

Au passage ce communiqué pose deux questions.

Quid de l’ancien organigramme ? Puisqu’il comprend des confirmations (NKM par exemple) j’en conclus que l’ancien organigramme est obsolète sinon les confirmations étaient inutiles..

Cumul ou remplacement ? Certains ayant de nouvelles fonctions s’agit-il d’un empilement de fonction ou d’un changement pur et simple. Je suis tenté de choisir la 2eme hypothèse car on constate que certains postes sont pourvus en « remplaçants »  (p.ex. Isabelle Le Callennec est remplacée par Lydia Guirous comme Porte-Parole).

D’autres nominations étant à venir (cf le communiqué du 5 juin), il est trop tôt pour avoir une idée précise sur les priorités de cette équipe. Pour ma part je ne vois pas la justification de cette centaine de cadres, pas plus que je ne vois la nécessité d’un Bureau Politique passé de 53 à 120 personnes et qui a peine proposé (116 personnes) était déjà modifié quelques jours plus tard. 

Des fonctions apparaissent et disparaissent sans que j’en perçoive le sens mais attendons encore un peu…

Dernier point relatif aux Statuts :

le communiqué du 5 juin est intitulé « nominations à la Commission exécutive » or si j’en crois nos nouveaux Statuts  « la Commission exécutive est composée des Secrétaires Nationaux. Elle est présidée par le Président du Mouvement » (Chapitre II art.28) que viennent donc y faire toutes les personnes qui ne sont pas Secrétaires Nationaux.

Dans la même veine, à propos de Secrétaires nationaux, les Statuts (Chapitre II art.27) indiquent que « leur nombre et leurs attributions sont fixés par le bureau Politique sur proposition du président du mouvement » or nous voyons justement leur nombre et leurs attributions évoluer chaque jour sans que nous ayons connaissance d’un quelconque plan d’ensemble ni même de désignation par le BP… et ceci ne me semble pas conforme à l’esprit des Statuts, ni à leur lettre d’ailleurs….

UMP evolution du nombre d’adherents 2013->2014

Il est toujours difficile de savoir combien d’adhérents sont inscrits dans un parti, ceux-ci répugnant en général a donner les chiffres exacts. Pourtant il me semble qu’on peut estimer le gain ou la perte d’adhérents de l’UMP entre 2013 et 2014 avec un calcul très simple.

Lors de l’élection du Président de l’UMP en novembre 2014 le nombre d’inscrits était de 268 236. Ce chiffre comptait tous les adhérents a jour de cotisation au 31/12/2013 plus tous ceux qui s’étaient inscrits entre le 01/01/2014 et le 30/06/2014.

L’autre chiffre connu et qui sera dévoilé demain à l’unité près est celui des adhérents qui peuvent voter au Congres de Mai 2015 : 213 000 environ. On sait aussi que sont admis à voter les adhérents à jour de cotisation au 31/12/2014.

Si on admet que personne ne s’est inscrit en 2014 après le 30/06 (ce qui est faux mais nous verrons que cela ne change rien bien au contraire) et si tous les adhérents de 2013 avaient renouvelé leur cotisation alors le nombre de votants n’aurait pas changé et serait de 268 263 or on nous annonce 213 000. Cela fait 55 000 électeurs qui ont disparu.

Ne pouvant appartenir à ceux qui se sont inscrits pour la première fois entre janvier et juin 2014 il faut forcément les retrancher des électeurs inscrits en 2013 et qui n’avaient pas encore renouvelé leur cotisation au 30/06/2014. Comme je ne doute pas que de nouveaux adhérents se sont joints à nous entre juin et décembre 2014 ce chiffre de 55 000 est forcément sous-évalué. C’est un chiffre qui me semble énorme !

adh2

Le Chef

Image

Moi je n’ai jamais cru aux hommes providentiels, les grands manitous avec un charisme terrible, ceux qui entraîneraient leurs partisans jusqu’en enfer s’ils le voulaient. Bien sûr le principe est séduisant, et nous avons tous -à des degrés divers- envie d’un « héros » qui motive, entraîne, décuple les énergies, bref quelqu’un qui montre le chemin en marchant devant mais pas quelqu’un qu’on craint, quelqu’un à qui on ne sait pas dire non. Parce que dans ce cas on court à la catastrophe…

Et si toute cette affaire (Bygmalion) n’était au fond née du simple fait que personne ne sait, ne peut dire non à Nicolas Sarkozy ? Et si tous ces gens n’avaient fait que ce qu’il leur semblait qu’ils DEVAIENT faire ? On cache au chef les turpitudes qu’on commet en son nom, et lui fait semblant de ne rien voir… Car ne nous y trompons pas c’est la responsabilité première du chef de savoir ce qu’on fait en son nom surtout quand il sait le pouvoir qu’il peut avoir sur ses troupes. Je dirais même que c’est son honneur d’assumer les actes commis pour le servir. L’honneur… un concept dépassé ? Je ne le crois pas.

Bonne soirée à tous.