On ferme…

4 ans, 78 articles d’un inutile effort, ce blog n’a jamais trouvé son « public » LR est un parti où on ne discute pas, ou personne n’a envie de discuter d’ailleurs.

Les partis sont contrôlés par des élus qui y voient une arme pour leurs campagnes électorales, ce qui n’est pas interdit, mais surtout pas des lieux de discussion, de débat politique. Autour des élus on trouve de vieux (je parle de l’âge) militants et de jeunes adhérents espérant plus ou moins ouvertement se frayer un passage vers les « sommets » ce qui explique pourquoi ils ne se hâtent pas trop pour recruter d’autres jeunes.

Je n’y trouve pas mon compte, je ne polémiquerai pas ce serait bien inutile, je vais passer à autre chose.

Au revoir !

Patrick.

Publicités

Les résultats du CN : Modifications du Règlement Intérieur.

Profitant du CN Laurent Wauquiez a fait voter un nouveau RI. 

Contrairement aux Statuts qui ne peuvent être modifiés qu’avec le vote de la majorité absolue du Congrès, le RI (et c’est bien normal, c’est même pour cela qu’on met des choses dans le RI qui ne figurent pas dans les Statuts) peut être modifié par un simple vote du Conseil National. voici ce que j’ai pu voir en lisant et comparant les textes. Au passage je ne vous dirai pas ce que je pense d’un parti qui modifie ses textes de référence sans en informer les adhérents, sans indiquer OU et QUELS sont les changements. J’imagine les Conseillers Nationaux après une nuit dans le train voter….

1. Ajout d’un article (nouvel article 3)

Article 3 LA PERTE DE LA QUALITÉ D’ADHÉRENT

La qualité d’adhérent peut se perdre par la démission ou par la sanction.

La démission est actée lorsque l’adhérent la signifie à la Fédération, au siège ou via un support d’expression publique.

Jusqu’à ce jour la perte de la qualité d’adhérent n’était évoquée que dans les statuts (article 5) et portait sur l’absence de paiement de cotisations. La démission et l’exclusion étant « renvoyées » au RI Je note que la démission peut intervenir si on en parle sur un support d’expression publique (a mon avis journal, magazine, site internet…) donc attention quelqu’un qui s’exprimerait sur un blog pourrait bien se retrouver exclus.

2. Rajout d’un alinéa à l’article 4 (Droits des adhérents)

2. Dans le cadre des élections internes locales du Mouvement, seuls les adhérents à jour de cotisation 30 jours avant la date du scrutin figurent sur la liste électorale du Mouvement.

Voilà un alinéa qui me semble changer significativement le droit de vote lors des seules élections internes. Jusqu’à ce jour le droit de vote était subordonné à une cotisation à jour soit au 31 décembre précédent, soit au 30 juin de l’année en cours. Cette nouvelle règle si elle privilégie (et on peut le comprendre) les adhérents à jour de cotisation permet aussi à de nouveaux adhérents de voter quasi-immédiatement (30 jours) après leur adhésion. En clair pour les élections internes d’Octobre 2018 avec l’ancien RI des adhérents inscrits après le 30/06 n’auraient pas pu voter, cette fois ceux inscrits entre le Juillet et Septembre.

3. Modification de l’article 5 (modifs notées en rouge)

Article 5 – SANCTIONS A L’ÉGARD DES ADHÉRENTS

1. Les sanctions applicables aux adhérents du Mouvement sont

– l’exclusion qui est définitive

– la suspension dont la durée varie de 6 mois à 3 ans en fonction de la gravité des faits reprochés

– La révocation des fonctions et/ou des mandats de cadre

(alinéas 2 à 8 inchangés)

9. En cas de réintégration, l’intéressé peut revendiquer la qualité d’adhérent et non les fonctions et/ou mandats précédemment occupés au sein du Mouvement.

Donc ont été rajoutés la révocation pour élus et cadres, des précisions sur la durée possible d’une suspension (de 6 mois à 3 ans), le caractère définitif de l’exclusion, et la perte des mandats en cas de réintégration

Enfin et non des moindres…

4. la disparition totale de l’article 1.2.1 qui traitait du Trésorier départemental… Trésorier Départemental qui reste cependant défini dans les Statuts.

Pour compléter cet article je mets ici l’ancien RI du 08/07/2016 et le nouveau du 29/01/2018

 

Nouvel organigramme LR (13/12/2017)

Élu le 11 décembre 2017 Laurent Wauquiez a nommé sa première équipe le 13 décembre :

14 personnes : 3 vice-présidents, 1 Secrétaire Général, 1 SG délégué à la Communication et 6 SG-Adjoints et 3 Porte-Paroles (rattachés au SG Délégué à la Communication G. Didier)

Au lendemain du CN il a nommé 10 Conseillers Politiques et un Conseiller auprès du Psdt = B. Hortefeux) ce qui porte l’équipe à 26 personnes mais ne respecte plus la parité 10 femmes pour 16 hommes) et fait augmenter l’age moyen de 43 à 50 ans). 

Remarques :

-Les principaux postes qui n’ont toujours pas été attribués sont essentiellement les postes de Secrétaires Nationaux (postes statutaires mais non définis ni en nombre ni en «fonction» ce qui est normal puisqu’ils dépendent des priorités fixées par le Président. Rappelons que les membres du Conseil National sont sensés travailler avec les SN pour élaborer la ligne du parti. On peut envisager d’autres postes (Conseillers Politiques, Délégués Généraux… cf ci-après l’organigramme de Wauquiez quand il devient Président par Interim en septembre 2016)

– Mention spéciale pour le Président du CN, poste qu’on ne trouve ni dans les statuts, ni dans le RI mais qui existe et est attribué à l’issue d’un vote des Conseillers Nationaux (la dernière fois Luc Chatel avait été élu face à MAM le 13/02/2016)… C’est ce poste que Wauquiez a proposé (?) à Valérie Pécresse qui l’a refusé puis à Jean Leonetti. On pourrait avoir une élection lors du Conseil National de samedi 27/01

– 2,5 ans c’est le moment de renouveler toutes les instances du mouvement que ce soit au niveau national le Bureau Politique, et au niveau des Fédérations toutes les instances du Président aux Délégués de Circo et Comités de Circo + Conseillers Nationaux. Ces élections ont été repoussées par le BP au mois d’octobre…

Les postes de 1er,2eme, 3eme VP ne sont pas aux Statuts, seul le poste de VP Délégué existe donc seule V. Calmels est la numéro 2 du Parti (comme NKM, puis Wauquiez en 2014 quand Sarko était président).

Le poste de SG délégué n’est pas non plus aux Statuts, les postes de SG et SG adjoints le sont.

Les postes de Porte-Paroles ne sont pas aux statuts mais on a toujours un ou plusieurs PP nommés.

Quelques notes sur les membres de la Direction :

-Virginie Calmels était déjà membre du Comité Politique (instance temporaire crée le 29/11/2016 hors statuts par Fillon après sa victoire à la Primaire)

-Guillaume Peltier viens du FN puis du MPF et a occupé diverses fonctions dans l’organigramme depuis 2012

-Annie Genevard a été Secretaire Nationale, Porte-Parole et (déjà) Secrétaire Générale Adjointe

-Geoffroy Didier a créé (avec G. Peltier) la Droite Forte en 2012, il a déjà été Secrétaire National du parti.

-Valérie Boyer à été Secretaire Nationale et porte-parole (dec. 2016)

-Mathieu Darnaud et Gilles Platret ont aussi été dans l’organigramme (Secretaires Nationaux)

-Lydia Guirous a été porte parole avant d’être démise par N. Sarkozy.

Le rapport du 07 novembre.

Cliquer sur le lien ci-dessous pour afficher le rapport en format .pdf

rapport_de_la_refondation_de_la_droite_et_du_centre

Voici donc le « Rapport de la Refondation de la Droite et du Centre » (je ne crois pas que le travail de refondation du centre se fasse au sein de LR vu la manière dont nous traitons les centristes en ce moment)… Ce document est le fruit du travail de quelques personnes après une dizaine d’Ateliers de la Refondation (sic !) où des panels d’experts venaient aimablement discourir, le plus souvent au siège du parti, devant quelques centaine d’adhérents (je ne crois pas qu’on vérifiait les cartes et les cotisations à jour pour entrer…) lesquels adhérents se voyaient autorisés a poser une dizaine de questions pendant 15 à 30 minutes à la fin de la réunion…. Pour exemple l’Atelier du 11 octobre « Pourquoi la droite n’arrive pas à s’assumer » ???!!! Durée 2h02, questions du public à partir de 1h40…

Vous me direz qu’on avait aussi un questionnaire en ligne, qu’il a été renseigné 40 912 fois (sans qu’on ne vérifie que ceux qui répondaient étaient des adhérents (je le sais j’y ai répondu deux fois)…

Bref nous avons des fédérations mais on n’a pas utilisé notre structure qui pourtant maille entièrement le territoire  au niveau de chaque circonscription…. A suivre, qu’adviendra t’il de ce processus de « refondation » après décembre et l’élection de notre nouveau président..

Du neuf avec de l’ancien (organisation LR 2/)

La nouvelle organisation comprend donc le Comité Politique, le Bureau Politique (déjà existant et dont la composition est inchangée), deux VP (postes inexistants aux Statuts qui ne connaissent qu’un VP-Délégué) un Secrétaire Général et ses deux adjoints (postes prévus aux Statuts).

Le CP est une sorte d’exécutif du BP (il assure la plénitude des pouvoirs du BP dans l’intervalle des réunion de ce dernier) dont certains membres ne sont pas membres du BP et par ailleurs il ne rend pas compte au BP. En clair le BP, désormais présidé par le candidat (qui remplace le Président du Mouvement) est écarté.  

Ce CP comprend Larcher (FF), Jacob (NS), Retailleau (FF), Calmels (AJ); Baroin (NS) NKM (NKM) Solère (BLM), Poisson (JFP) -dont je me demande ce qu’il fait là- Copé (JFC), auxquels il faut rajouter les VP: Wauquiez (NS) Le Callennec (FF), le SG est ses adjoints : Accoyer (FF), Darmanin (NS), et Genevard (FF).  Soit 5 soutiens de FF, 1 soutien d’AJ, 4 soutiens de NS, 1 soutien de NKM, BLM, JFC, JFP.

Les VP n’ont aucune fonction statutaire, ce sont des postes accessoires dont le seul intérêt réside dans l’appartenance au CP.

Le Secrétaire Général outre ses fonctions « normales » assure maintenant certaines fonctions statutairement attribuées au Président puisqu’il « représente le mouvement dans tous les actes de la vie civile et dispose du droit d’ester en justice) »…

Et c’est justement ce changement qui a attiré mon attention : Il s’agit exactement des fonctions prévues pour la gouvernance du parti dans les Statuts dans le cas où le Président de la République appartient au parti (art. 26.4) ! La ressemblance va d’ailleurs plus loin puisque sont prévus dans cet article deux SG-adjoints et un Premier VP avec deux VP… 

Bref, on voit que la structure actuelle est un mélange entre la direction du mouvement lorsqu’il est dans l’opposition (Pst, VP-D, SG, BP) et lorsque le PR est issu de nos rangs (SG, Bureau du CN, BP)…

Du neuf avec du vieux donc, avec un peu de confusion quand même…

Des causes et de leurs conséquences (organisation LR 1/)

causes

Je trouve toujours amusantes les complications engendrées par des causes simples.

Les Statuts du parti prévoient que lorsqu’une primaire (pour le choix du candidat à la Présidence de la République que le parti soutiendra) a lieu, le vainqueur de la Primaire propose au Bureau Politique les conditions dans laquelle la direction du mouvement est assurée (art. 39.4). C’est simple, clair et précis. J’ajoute que cela me semble être une option tout à fait logique surtout dans le cas ou tant de membres de la Direction actuelle se sont engagés auprès d’un candidat qui a perdu cette primaire (Nicolas Sarkozy).

Point n’est besoin d’être grand clerc pour comprendre qu’il s’agit de placer « les hommes du candidat » aux postes-clé, pas de chambouler les règles de gouvernance prévus par les Statuts qui par ailleurs ne peuvent être modifiés que par le Congrès à la majorité absolue des suffrages exprimés (art. 60).

Alors qu’entend-on par « la direction du parti » ? La aussi les textes sont simples clairs et précis : Les Statuts (document décidément bien utile) à l’art. 24.1 indiquent que « le Bureau Politique assure la direction du parti dans l’intervalle des sessions du Conseil National ». Ce BP est statutairement composé du Président, du Vice-Président Délégué, du Secrétaire Général, du Trésorier et de membres élus (80) ainsi que d’autres personnalités (anciens présidents, Premier Ministres, etc.)

Je voudrais, au passage signaler une petite ambiguïté dans le texte des statuts car dans ce fameux art 39 tout entier consacré à la Primaire et à ses conséquences on donne une notion plus restrictive du terme « direction ». En effet le 39.2 dit « Dans le cas ou les trois membres de la direction (…) ». Les trois membres ? Psdt, VP-D, SG donc ?

Il suffisait donc de nommer Président par Intérim, Secrétaire Général, Trésorier (les « exécutives » comme on dit en anglais) et d’injecter dans le BP quelques membres fidèles.

Au lieu de cela on assiste à la création d’une nouvelles entité le « Comité Politique » plus réduite que le BP (14 personnes, le candidat -François Fillon- n’y figure pas) et qui ne rend pas compte au BP . On crée des postes et le candidat préside le BP, poste normalement assuré par le Président élu du mouvement (art. 24.1)… Bref pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué.

Compliqué ? Il y a peut-être une explication, si on regarde bien les Statuts…. J’y reviendrai très vite dans un prochain billet.

Bonne journée à tous, et comme d’habitude vos remarques, corrections sont les bienvenues.

Primaire : Mon analyse

J’ai voulu me faire ma propre opinion sur les résultats de la Primaire parce que fondamentalement deux choses m’ont suppris : la très forte participation (9.5% des inscrits -ref Regionales 2015) et le score extrêmement élévé de FF (44% des voix, 660 000 voix d’avance sur le deuxième).

Pour ce faire j’ai utilisé un sondage Harris Interactive (ici) effectué le jour du vote et qui a ciblé des gens qui sont allé voter (pas des intentions de vote). Ce sondage présente 2 caractéristiques qui m’ont interessé la ventilation des votants par famille politique tant au niveau global que de l’électorat de chaque candicat (pour les 3 premiers seulement). J’ai appliqué cette ventilation aux résultats effectifs de la Primaire. Voici ce tableau :

harris-sond2

Trois choses me sautent aux yeux (à condition que ce sondage soit valide)

  • 107459 voix LR de plus que prévu sur les 3 candidats arrivés en tête. En effet quand on demande aux votants leur famille politique 1.8M déclarent être LR et quand on additionne les voix des 3 premiers on est déja à 1.9M !!!
  • 168 000 voix de gauche d’avance pour AJ mais 152 000 voix du FN en plus pour FF ce qui relativise l’avantage obtenu sur ces électorats « indésirables » (gauche et FN) à 16 000 votes
  • Une énorme participation d’électeurs qui soit n’ont pas de préference politique (686 000 votants) ou on une préference qui n’est pas proposée par le sondage (214 000 votants) soit un total de 900 000 votes sur lesquels FF engrange un avantage de 210 000 voix.

Contrairement à ce que j’entends les commentateurs annoncer je crois moi que nous avons assisté à une très forte mobilisation pour tenter d’éliminer Nicolas Sarkozy, et ça a fonctionné. Je note que ces 900 000 voix de gens sans opinion ou avec une opinion inconnue pourrait correspondre a l’augmentation de la participation puisqu’on attendait 3.2 M de votants… Je crois qu’une grande partie de ces électeurs ne retournera pas aux urnes dimanche prochain.

En conclusion il me semble difficile, à l’instant où j’écris (jeudi matin) de savoir quel sera le résultat final tout va dépendre du comportement des électeurs sans préférence politique (?) et de la mobilisation tant à droite qu’à gauche et aussi de la modulation de vote des électeurs LR et UDI/Modem une fois Nicolas Sarkozy éliminé..

Bon dimanche à tous ! .