Nombre d’adhérents

Le 13 novembre dans un article (ici) qui n’avait échappé Alexandre Lemarié journaliste au Monde annonce la publication par le parti du nombre de ses adhérents 2015 à jour de cotisation : 201 315 (1) contre 197 355  (2) l’an dernier à la même période et si on ajoute les adhérents à jour de cotisation en 2014 (selon les Statuts ils sont toujours membres) on arrive à 274 849 (3) Nous connaissons par ailleurs le nombre d’adhérents à jour de cotisation au 31/12/2014 puisque c’est le corps électoral qui a voté les nouveaux Statuts (et le changement de nom) en mai 2015 ! 213 030 (4). Nul besoin donc d’avoir fait math-sup pour en tirer deux chiffres évidents.

 (3) – (1) = 73 534 adhérents de 2014 n’ont pas renouvelé au 11/11/2015… et donc toujours au 11 nov 139 496 ont renouvelé et 61 819 nouveaux adhérents sont arrivés… Pas exactement ce que Pechenard dit (155 000 / 45 000)…

(4) – (1) = 11 715. C’est le nombre d’adhérents qui doivent s’inscrire entre le 12/11/2014 pour que nous obtenions autant d’adhérents en 2015 qu’en 2014. 

Bien entendu ces chiffres ne sont pas définitifs puisque je compare un effectif au 11 novembre à des chiffres de 31 décembre. Il restait un mois et demi pour inverser la tendance…

 Dans tous les cas nous aurons une réponse précise fin janvier puisque le scrutin interne prévu les 30-31 janvier nous donnera le corps électoral c’est à dire le nombre d’adhérents à la fin décembre, puisque pour participer au vote il faut être à jour de cotisation au 31/12/2015 (voir ici).

Publicités

UMP evolution du nombre d’adherents 2013->2014

Il est toujours difficile de savoir combien d’adhérents sont inscrits dans un parti, ceux-ci répugnant en général a donner les chiffres exacts. Pourtant il me semble qu’on peut estimer le gain ou la perte d’adhérents de l’UMP entre 2013 et 2014 avec un calcul très simple.

Lors de l’élection du Président de l’UMP en novembre 2014 le nombre d’inscrits était de 268 236. Ce chiffre comptait tous les adhérents a jour de cotisation au 31/12/2013 plus tous ceux qui s’étaient inscrits entre le 01/01/2014 et le 30/06/2014.

L’autre chiffre connu et qui sera dévoilé demain à l’unité près est celui des adhérents qui peuvent voter au Congres de Mai 2015 : 213 000 environ. On sait aussi que sont admis à voter les adhérents à jour de cotisation au 31/12/2014.

Si on admet que personne ne s’est inscrit en 2014 après le 30/06 (ce qui est faux mais nous verrons que cela ne change rien bien au contraire) et si tous les adhérents de 2013 avaient renouvelé leur cotisation alors le nombre de votants n’aurait pas changé et serait de 268 263 or on nous annonce 213 000. Cela fait 55 000 électeurs qui ont disparu.

Ne pouvant appartenir à ceux qui se sont inscrits pour la première fois entre janvier et juin 2014 il faut forcément les retrancher des électeurs inscrits en 2013 et qui n’avaient pas encore renouvelé leur cotisation au 30/06/2014. Comme je ne doute pas que de nouveaux adhérents se sont joints à nous entre juin et décembre 2014 ce chiffre de 55 000 est forcément sous-évalué. C’est un chiffre qui me semble énorme !

adh2

Mais à qui appartient un parti politique ?

Voila une question que je trouve intéressante… Dans beaucoup (tous?) les partis les élus semblent avoir pris le contrôle et si c’était ce qui décourage les citoyens de la politique ?

Dans notre pays un parti politique est le plus souvent (toujours?) une association loi de 1901. C’est à dire une personne morale déclarée en préfecture. Cette association est composée de membres qui adhérent librement à l’association et donc aux buts de l’association définis dans ses Statuts. Le plus souvent le but est aussi défini dans une Charte (ce qui permet de rendre les statuts plus « légers » et de pouvoir modifier la charte sans toucher les statuts).

Les Statuts définissent aussi comment la démocratie interne s’organise. Classiquement une association a une Assemblée Générale qui comprend tous les membres, et chacun a le droit de vote. Cette AG élit un Bureau qui comprend généralement un Président, un Trésorier et un Secrétaire. Le président représente civilement l’association (c’est lui qui rend des comptes, qui peut poursuivre devant un tribunal, qui sera responsable devant les tribunaux). Les grosses associations présentes sur tout le territoire national on souvent une structure un peu différente avec des Fédérations. Pour faire simple chaque fédération existera au niveau d’un département sous forme (ou pas) d’une association. Le niveau National étant une association d’associations ou chaque département envoie des représentants c’est une structure pyramidale qui permet l’organisation locale et une remontée au niveau national. Les adhérents des structures locales élisent des responsables (bureau) et des représentants au niveau national où cela fonctionne de la même manière : Les membres (représentants des départements) élisent à leur tour un bureau national.

Tout semble donc clair, le parti défend un programme voté par les adhérents, et dispose de représentants choisis par les adhérents, une mini démocratie française en quelque sorte.

Pourtant, et contrairement à la plupart des autres associations (qui ne sont pas des partis politiques) le parti lui se trouve confronté a une deuxième logique… Celle des élections locales et nationales au suffrage universel puisque son but est le pouvoir, l’administration de la France, des ses régions, départements et communes (et j’en passe…)

On a donc des personnes choisies par le parti qui vont briguer les voix de la population, c’est bien normal, c’était le but.

L’élu revient de l’élection tout auréolé de sa victoire devant cette fois non plus un petit groupe d’adhérents (et encore plus petit de militants) mais de l’ensemble de la population. Sa légitimité en sort grandie et naturellement (?) il prend du poids dans l’organisation (=le parti).

Au fil des ans, et des élections, l’élu -et c’est bien naturel, et tellement humain- finit par croire que c’est lui qui est élu alors que souvent (pas toujours) sans son étiquette -on dit son investiture– il ne retrouverait pas son poste, et il ne l’aurait certainement pas obtenu lors de sa première élection. D’obligé du parti il en devient le maître, forcément son élection devant l’ensemble de la population en fait un individu spécial qui au delà de la légitimité du parti a celle de l’ensemble du corps électoral, il va donc briguer les postes, et les obtenir, dans son parti d’autant plus facilement…

On voit bien le risque potentiel que l’élu du peuple impose ses vues à son parti, et que devant son aura (être élu n’est jamais une chose facile, convaincre la population et s’en faire élire est difficile) la démocratie interne de l’association puisse faiblir.

Que les élus aient du poids c’est normal, qu’ils décident entre eux des orientations de la ligne politique, des investitures de candidats, c’est le risque.

Pourtant il faut être clair, un parti appartient toujours à ses membres, c’est à eux d’être vigilants, d’établir des Statuts qui permettent de s’assurer que les membres soient toujours en contrôle de la ligne politique et du choix de leurs représentants et ceci quoi que le suffrage universel exprime. Ce n’est pas là montrer de la défiance à l’égard des élus, c’est au contraire assurer la pérennité du parti, de ses valeurs et sa démocratie, et l’émergence de nouveaux talents. Car ne nous y trompons pas nos élus ont un talent, en plus du courage et du dévouement qu’ils partagent avec les militants.

Petites Astuces (?)

Adhérents 2014 = Adhérents ayant cotisé en 2012 +  Adhérents ayant cotisé en 2013 +  Adhérents ayant cotisé en 2014

Électeurs Congrès 2014 = Adhérents ayant cotisé en 2013 + Adhérents ayant cotisé entre le 01/01 et le 30/06/2014

Si je ne dis pas de bêtise, pour être compté parmi les adhérents il suffit de payer sa cotisation 1 an sur 3 puisque les Statuts disent « Toute personne n’ayant pas renouvelé sa cotisation pendant deux années consécutives perd la qualité d’adhérent » (Statuts Art. 5.6) donc si j’ai adhéré en 2012 et réglé ma cotisation 2012 (condition obligatoire pour être adhérent) je suis membre en 2013 et en 2014. Fin 2014 je perdrai ma qualité d’adhérent, je renouvellerai donc en janvier 2015.

Oui mais ca ne me permettra pas de voter en 2014 puisque la Haute Autorité de l’Union précise « figureront sur la liste électorale les adhérents à jour de cotisation au 31 décembre 2013 ou au 30 juin 2014. » (Règlement Intérieur Art. 3.1)

Donc si en plus de mon adhésion je veux absolument voter à chaque élection il me suffit de payer ma cotisation… tous les deux ans. En effet si j’ai réglé ma cotisation en janvier 2013 je suis à jour au 31 décembre 2013.

Voilà qui explique les différences de comptage entre les uns et les autres, il me semble. Il suffisait juste de lire un peu…. Enfin je crois ! 🙂

Merci de me dire si je fais une mauvaise interprétation des textes, et je rectifierai rapidement.

L’UMP combien de divisions ?

Je parodie bien sur la célèbre phrase de Staline « Le Pape, combien de Divisions ?  » réponse qu’il aurait faite à Churchill lui demandant de respecter la liberté religieuse dans l’Europe occupée par l’Armée Rouge…

Ces derniers jours entre Alain Juppé qui annonce 143000 adhérents à jour de cotisation et un article du JDD ce jour indique que « les services de Luc Chatel, en utilisant la même technique, assurent qu’il faudrait compter aujourd’hui 300.000 adhérents.  »

En principe il n’y a rien à discuter le nombre d’adhérents en situation de voter pour le congrès de Novembre est la somme des adhérents à jour de cotisation au 31/12/2013 + les nouveaux adhérents inscrits entre le 01/01 et le 30/06/2014 chiffres à priori connus de l’UMP) j’ai trouvé intéressant de regarder le nombre de votants a différents moments, puisque comme dans des élections classiques ce sont les votants qui comptent pas les inscrits, sans oublier que cela donne aussi une vision de la participations des inscrits…

– Le nombre de votants en 2012 (dernier Congrès) soit 176 608 selon les documents de l’UMP (ici),

– Le nombre de votants en 2013 (approbation des nouveaux Statuts) soit 87 823 sur 318 634 (ici)

– Une autre statistique intéressante apparaît dans un document public de l’UMP (ici) datant de Septembre 2011 et qui indique qu’entre 2007 et 2011 il y a 400 000 personnes qui ont adhéré au moins une fois en 4 ans du mandat de Nicolas Sarkozy. je cite: « la grande consultation lancée par l’UMP au tout début de cet été 2011 auprès de 400.000 militants ayant adhéré au moins une fois depuis 2007. » il s’agit donc très clairement une grosse majoration du nombre « instantané » d’adhérents sur un exercice quelconque entre 2007 et 2011.

– Un autre élément, qui me semble « en béton » provient de l’audit du cabinet Advolis rendu public le 9 juillet (ici) qui dans ses prévisions de trésorerie pour 2014-2017 indique à la rubrique « Adhésions » (p.10) des chiffres entre 2.3 et 2.8 M€ chaque année. Un rapide calcul en utilisant la valeur minimale d’une cotisation (15€) donne 187 000 adhérents

Donc depuis 2012 il n’y jamais eu plus de 176 000 votants.

… Il y a aussi une autre petite subtilité dans le comptage des adhérents (je ne fais pas allusion aux donateurs car il est clair qu’un don n’est pas une cotisation sauf mention claire du donateur) mais je vous laisse chercher (dans les Statuts…) qui fait que ces chiffres sont cohérents.

Bonne journée à tous.