Notes sur la gouvernance #LesRepublicains

Je veux bien croire qu’il est plus difficile d’établir l’organigramme d’un parti politique que celui d’une entreprise (il faudra quand même m’expliquer pourquoi…) mais qu’un président élu avec quasiment les pleins pouvoirs en soit réduit à changer son organisation deux fois en moins de neuf mois me parait étrange. Je pourrais comprendre des changements de personnes pour refléter une évolution politique fruit de résultats électoraux ou de divergences de vues mais modifier complètement la structures, les fonctions, me parait montrer une véritable absence de vue à long terme. Enfin mettre 3 mois (15/12/2015-15/03/2016) pour compléter un organigramme dont le point de départ est l’élimination de NKM de son poste de VPD est juste incroyable.

10 Délégués généraux, 7 Conseillers politiques, 5 Portes-Paroles, 5 Secrétaires généraux adjoints, 5 représentants de la CNI (dont les statuts ne disent pas que c’est un organe permanent) 3 représentants du Comité des Maires, 4 du Comité des Outre-mer, 3 du Comité des Entrepreneurs, 1 Vice-Présidente, 1 Président du Conseil National se rajoutent a 4 postes statutaires (Président, Vice-Président délégué, Sécrétaire Géneral, Trésorier) pour un total de 48 postes.

106 Secrétaires nationaux (postes statutaires non limités en nombre) cela fait beaucoup mais les SN sont le think-tank du parti (voir mes billets sur le sujet) leur nombre n’est donc pas un problème en soi, c’est plutôt la logique de leurs affectations (Note1) ainsi que les changements de thèmes qui apparaissent, disparaissent, réapparaissent depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP il y a 16 mois qui me posent problème car les domaines de responsabilité sont supposés refléter une ligne d’action politique (les axes de travail)…. Volontairement je passerai sous silences les changements de titres hétéroclites (Délégué, Délegué national, Délégué national fonctionnel, Délégué général, Secrétaire national (le seul reconnu dans les statuts) Secrétaire national thématique, Secrétaire national fonctionnel…) puisqu’on semble revenu à une certaine logique….

Le dernier point qui ne me semble pas très cohérent c’est le changement des affectations au bout de quelques mois seulement car je doute qu’un travail effectif puisse être effectué en si peu de temps. Quelques exemples (je vous laisse chercher les noms car je n’en fait pas un problème de personnes) : SNF aux cadres (dec. 2014) -> Délégué aux Questions de société (juin 2015) -> Conseiller politique (jan.2016) ou  SNT aux classes moyennes (dec 2014) -> SN Emploi (juin 2015) -> SN Aménagement du territoire (fev.2016) pour ne citer que deux exemples…

(Note1) on peut avoir sur le même thème 1 SN (p.ex. au Littoral), 2 SN (à l’agriculture), 3 SN (aux PME), les binômes (les plus nombreux) sont quelquefois mixtes (p.ex. Intégration), quelquefois pas (p.ex. Industrie)

154 cadres donc, sans compter 120 membres du Bureau Politque (il y a des doublons mais…)

Dans un prochain billet je reviendrai sur les nouveaux arrivants, et les quelques départs…

A bientôt !

Nominations: un changement de titre seulement ?

31 nominations ne sont en fait que des changement de titre, les personnes et le champs d’actions restant inchangés à quelques exceptions toutefois ou le domaine est agrandi ou réduit. Dans le cas des Secrétaires nationaux il y a en outre une mise en doublette dont le sens m’échappe encore….

Dans la liste des nominations de Délégués du 05/05 4 ex-Délégués Généraux, 2 ex-secrétaires nationaux thématiques qui me semblent -si on applique les Statuts- perdre leur position dans la Commission Exécutive (ComEx). A noter aussi que les Délégués Nationaux perdent un degré d’indépendance puisqu’ils sont tous rattachés à un Secrétaire Général Adjoint.

– Pierre LELLOUCHE, Délégué aux affaires internationales ;(Délégué Général à l’International)
– Patrick OLLIER, Délégué aux relations avec les groupes parlementaires ;(Délégué Général aux relations avec les Gr Parl)
– Marc-Philippe DAUBRESSE, Délégué aux territoires et au logement ; (DG Construction et Logement)
– David DOUILLET, Délégué aux nouveaux adhérents ; (DG Nouveaux Adhérents)
– Philippe MEUNIER, Délégué à la défense ;(SNT à la défense)
– Madeleine de JESSEY, Déléguée nationale en charge des programmes de formation .(SNF prog de form)

Dans la liste des binômes de Secrétaires nationaux publiée le 11/06 il s’agit essentiellement de SNF qui deviennent SN donc sans vrai changement. A noter que JGM récupère la Coopération et Cherpion « perd » le Travail et que 3 Délégués Nationaux récupèrent un Secrétariat national (Charon, Moreau, Cherpion) et donc un poste à la ComEx.

– Pierre CHARON (DN chasse) et Yannick MOREAU (DN Pêche), à la Chasse, à la Mer et à la Pêche
– Joëlle GARRIAUD-MAYLAM (
SNT Francophonie) à la Coopération. et à la Francophonie
David-Hervé BOUTIN (SNT Culture), à la Culture
– Gérard CHERPION (
DN Travail & Emploi à l’Emploi
– Fabienne KELLER (
SNT env. Et Transp. aux Transports ;
– Pierre LEQUILLER (
SNT Europe à l’Europe ;
– Marie-Christine DALLOZ (
SNT Fiscalité) à la Fiscalité ;
– François-Noël BUFFET (
SNT Immigration) à l’Immigration ;
– Martial SADDIER (
SNT Industrie & PME) à l’Industrie ;
– Georges FENECH (
SNT Justice) à la Justice ;
– Nora BERRA (
SNT Prof. libérales) aux professions libérales ;
– Jean-Pierre DOOR (
SNT Protection sociale) à la Protection sociale ;
Jérôme PEYRAT (SNF Réforme territoriale), à la Réforme territoriale ;
– Pierre MOREL-A-L’HUISSIER (
SNF à la ruralité) à la Ruralité ;
– Arnaud ROBINET (
SNT Santé à la Santé ;
– Bruno BESCHIZZA (
SNT Sécurité à la Sécurité ;
– Laurence ARRIBAGE (
SNT Sports) aux Sports ;
– Yves FOULON (
SNT Tourisme) au Tourisme ;
– Natacha BOUCHART (
SNT Ville) à la Ville

Toujours dans les nominations du 11/06 la liste des Délégués nationaux fonctionnels est essentiellement une liste d’ex-SNF qui perdent donc -toujours selon les Statuts- leur appartenance à la ComEx. ouverte uniquement aux SN.

– Thierry MARIANI (SNF Français de l’étranger) aux Français de l’étranger ;
– Jean ROTTNER (SNF Elus locaux) , aux Elus locaux et Secrétaire général du Comité des Maires ;
– Mathieu DARNAUD (SNF Jeunes et aux Jeunes Actifs) , aux Jeunes et aux Jeunes Actifs ;
– Sophie GAUGAIN (SNT Handicapés), au Handicap;
– Constance LE GRIP (SNF rel partie etr.) et Jean-Didier BERTHAULT,(SNF rel partie etr.) aux Relations avec les Partis  étrangers.

Dans un prochain billet je ferais une petite analyse des sortants, et oui il y en a… peu mais il y en a..

Nominations #LesRepublicains – Les Entrants

Les entrants dans l’organigramme Les Républicains.

Ma base de référence est l’organigramme qui était disponible sur le site de l’UMP et les 3 listes de nominations publiées par LR entre le 2 et le 11 juin. Ce sont des informations publiques qui sont, ou étaient, disponibles sur le site de l’UMP et celui du nouveau parti « Les Républicains »

J’ai considéré que tous ce qui n’apparaissaient pas sur cet organigramme étaient « nouveaux ». Certains de ces nouveaux avaient déjà des fonctions par exemple Poletti, Cochet, Grossetête sont membres du BP (Bureau Politique) Cochet, Meslot, Kuster -sauf erreur de ma part- sont membres de la CNI (Commission Nationale des Investitures)

nouveaux

Nominations: Considérations sur la ComEx

Considérations sur la ComEx

J’ai déjà dit quelques mots sur la Comex dans un billet précédent mais la nomination des SN m’oblige a y revenir. La lecture attentive des Statuts montre que la Commission exécutive est un organe de réflexion : Ce n’est pas un hasard si elle à remplacé presque mot pour mot l’ancien Comité d’Orientation. Son rôle est « d’alimenter le parti en idées et propositions dans les principaux domaines intéressant l’action publique et la vie nationale, européenne et internationale» On imagine donc un groupe structuré et réfléchi pour lequel on a choisi des thèmes qui reflètent les priorités du parti et qui est un véritable «think thank» On imagine aussi que les choix sont délicats et font l’objet de longues discussions avant leur mise en place par le Bureau Politique.
Je peux me tromper mais ce n’est pas l’impression que j’ai. Un exemple ? Comparez la liste des attributions des anciens SNF/SNT et celle des actuels SN : des axes de réflexion ont disparu et pourtant ces thèmes ont tous moins de 6 mois d’existence…. On change si vite d’avis ou on avait décidé dans l’urgence la première fois ? 

Nominations: Pourquoi ces changements de titres ?

Pourquoi ces changements de titres ?

Nous avions des Délégués Nationaux (7 DN), des Délégués Généraux (5 DG), des Secrétaires nationaux Fonctionnels (12 SNF) et Thématiques (30 SNT) nous avons maintenant un Délégué Général, 12 Délégués, 7 Délégués Nationaux qui sont sous la direction d’un SGA , 14 Délégués Nationaux Fonctionnels.et 58 (=2*29) Secrétaires Nationaux

Les autres postes (Porte-Parole,Conseiller Politique) ne changent pas de nom.

La seule chose qui saute aux yeux c’est qu’on a maintenant des Secrétaires Nationaux, et c’est un poste qui est inscrit dans les Statuts, ainsi que l’organe qui leur est associé la ComEx (Commission Exécutive) !

Car, je le répète, le Président peut nommer qui il veut dans les postes qu’il veut si ces fonctions n’existent pas dans les Statuts (ou le Règlement Intérieur ?) ces postes n’ont pas mandat pour participer à la Direction.

Si on accepte cette proposition alors le jeu des mouvements de personnes (par exemple Pierre Charon qui était DN à la Chasse et devient SN à la chasse intègre automatiquement la ComEx) peut donner une indication du déplacement des pouvoirs dans l’organigramme..

Nominations: Pourquoi ces « binômes »

Pourquoi des Binômes ?

29 binômes de Secrétaires nationaux, j’ai cru tout d’abord à un renforcement de la parité, je sais NKM -entre autres- très favorable à la parité et j’approuve cette idée, mais dès la 3eme ligne je me suis rendu compte que ce n’était pas le cas. Les statuts prévoient que chaque SN préside un Groupe de Travail ces binômes ne me semblent pas judicieux, sauf si chacun avait ses prérogatives mais dans ce cas là pourquoi créer des binômes ?

Nominations: Beaucoup de monde

Une nouvelle équipe dirigeante (selon la formule consacrée) vient d’être désignée, a priori elle est complète puisque les dernières nominations ne se terminaient par l’autre formule consacrée : «d’autres nominations suivront». Je ne discuterai pas dans ce billet des personnes elle-mêmes je n’ai pas une connaissance suffisante des uns et des autres -sauf des plus connus- pour interpréter la sens politique de ces nominations J’y reviendrai certainement plus tard…

Pour garder l’esprit blog et mettre de petits textes plus faciles à assimiler et nécessitant moins de temps de lecture j’ai divisé mon article en 4 billets

Beaucoup de monde
On a encore augmenté le nombre de cadres nommés. Les instances sont composées de membres élus (comme le président, ou la plupart des membres du CN) de membres de droit (souvent des élus maires, parlementaires…) et de membres nommés. C’est sur ceux-là qu’on peut jouer le plus facilement, les Statuts n’imposant pas vraiment de limites… et au niveau national ces membres sont le plus souvent nommés par le Président bien que les Statuts précisent dans la plupart des cas que c’est le Bureau Politique qui approuve et nomme les cadres sur proposition du Président. Les communiqués publiés ne rendent pas compte de cette obligation statutaire, je lis à presque chaque fois «le Président a nommé» mais je chipotons pas trop, je pense que le Président obtiendrait sans difficulté l’aval de son Bureau Politique. Bref on passe d’environ 80 personnes à quasiment 110 soit 40% de plus si on garde en mémoire que le BP est passé d’une cinquantaine de personnes (54) a 120 on se demande quel est le sens de cette évolution.

J’ai bien ma petite idée…:-)