UMP Réflexions sur « l’affaire »

Les événements récents font tanguer le navire UMP… La tornade a pour origine la presse et il semble maintenant acquis que d’une manière ou d’une autre « on » a joué avec les finances du parti pour des montants assez… conséquents.

La première réflexion que cela m’inspire est que sans la presse personne n’aurait encore bronché… Il y a donc deux hypothèses: – soit le parti n’est pas équipé de procédures adéquates, c’est à dire que le processus de traitements des devis, de contrôle puis de règlement des factures permet d’éviter que les responsables aient une vision synthétique de ce qui se passe vraiment, – soit ces procédures ne sont pas appliquées et les responsables (au premier chef le Président qui « représente l’Union dans tous les actes de la vie civile » art 24.2 des Statuts) ont manqué à leurs obligations.

Pour ceux qui ne seraient pas familier avec cette notion de procédure(s) disons qu’il s’agit de règles internes qui décrivent avec précision qui a le droit de demander des prestations à des fournisseurs extérieurs, qui valide ces demandes puis ensuite qui vérifie -une fois la prestation effectuée- que la facture correspond bien à la prestation demandée ainsi qu’au montant proposé dans le devis, et finalement qui valide le règlement. Bien entendu on module ces contrôles en fonction des montants à payer, l’idée étant que les principaux responsables ne vont pas s’occuper de la moindre facture pour 3 crayons, 2 styl0s, et 5 bloc-notes ! Avec un budget annuel compris entre 30 et 50 millions d’euros on peut imaginer que tout poste de dépense dépassant les 3 millions d’euros (10% du budget) demande à être sérieusement étudié…

Ma deuxième réflexion est donc que nous sommes de toute évidence dans un cas de manquement de vigilance des responsables, ou d’action délibérée,  car les procédures elles existent forcément.

Dominique Dord (l’ancien trésorier de l’UMP) a explicitement indiqué que quand il signait un chèque la procédure exigeait obligatoirement 4 signatures de cadres supérieurs de l’UMP « qui confirment que techniquement ça a été (1) commandé et  fait, que c’est (2) financièrement payable, que c’est (3) politiquement dans la ligne du parti, et (4) encore le Directeur Général » et il rajoute même  « … et derrière deux commissaires aux comptes, un expert-comptable, une commission de contrôle statutaire…. » (intervention sur Canal+ « La Nouvelle Edition » du 28/05/2014). Chez Thomas Sotto (Europe 1) le même jour il avait précisé la fonction de ces 4 signataires dans le cadre de cette affaire « le Directeur du Service compétent, là en l’occurrence le Directeur de la Communication, la Direction Financière, qui valide qu’on a les moyens et que la procédure a été respectée, le Directeur de Cabinet de J-F Copé, et le Directeur Général de l’UMP » Que la justice tranche, soit… mais cela n »empêche pas le Mouvement de clarifier tout cela en interne en parallèle, les hommes et les documents sont à la portée de l’équipe dirigeante…

Quelles que soient les conséquences judiciaires le Mouvement doit en tirer des leçons il en va de l’avenir de l’UMP.

Comme l’énonce le célèbre dicton « Charbonnier est maître chez soi »…. Bonne journée à tous !

Publicités