Notes sur la gouvernance #LesRepublicains

Je veux bien croire qu’il est plus difficile d’établir l’organigramme d’un parti politique que celui d’une entreprise (il faudra quand même m’expliquer pourquoi…) mais qu’un président élu avec quasiment les pleins pouvoirs en soit réduit à changer son organisation deux fois en moins de neuf mois me parait étrange. Je pourrais comprendre des changements de personnes pour refléter une évolution politique fruit de résultats électoraux ou de divergences de vues mais modifier complètement la structures, les fonctions, me parait montrer une véritable absence de vue à long terme. Enfin mettre 3 mois (15/12/2015-15/03/2016) pour compléter un organigramme dont le point de départ est l’élimination de NKM de son poste de VPD est juste incroyable.

10 Délégués généraux, 7 Conseillers politiques, 5 Portes-Paroles, 5 Secrétaires généraux adjoints, 5 représentants de la CNI (dont les statuts ne disent pas que c’est un organe permanent) 3 représentants du Comité des Maires, 4 du Comité des Outre-mer, 3 du Comité des Entrepreneurs, 1 Vice-Présidente, 1 Président du Conseil National se rajoutent a 4 postes statutaires (Président, Vice-Président délégué, Sécrétaire Géneral, Trésorier) pour un total de 48 postes.

106 Secrétaires nationaux (postes statutaires non limités en nombre) cela fait beaucoup mais les SN sont le think-tank du parti (voir mes billets sur le sujet) leur nombre n’est donc pas un problème en soi, c’est plutôt la logique de leurs affectations (Note1) ainsi que les changements de thèmes qui apparaissent, disparaissent, réapparaissent depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP il y a 16 mois qui me posent problème car les domaines de responsabilité sont supposés refléter une ligne d’action politique (les axes de travail)…. Volontairement je passerai sous silences les changements de titres hétéroclites (Délégué, Délegué national, Délégué national fonctionnel, Délégué général, Secrétaire national (le seul reconnu dans les statuts) Secrétaire national thématique, Secrétaire national fonctionnel…) puisqu’on semble revenu à une certaine logique….

Le dernier point qui ne me semble pas très cohérent c’est le changement des affectations au bout de quelques mois seulement car je doute qu’un travail effectif puisse être effectué en si peu de temps. Quelques exemples (je vous laisse chercher les noms car je n’en fait pas un problème de personnes) : SNF aux cadres (dec. 2014) -> Délégué aux Questions de société (juin 2015) -> Conseiller politique (jan.2016) ou  SNT aux classes moyennes (dec 2014) -> SN Emploi (juin 2015) -> SN Aménagement du territoire (fev.2016) pour ne citer que deux exemples…

(Note1) on peut avoir sur le même thème 1 SN (p.ex. au Littoral), 2 SN (à l’agriculture), 3 SN (aux PME), les binômes (les plus nombreux) sont quelquefois mixtes (p.ex. Intégration), quelquefois pas (p.ex. Industrie)

154 cadres donc, sans compter 120 membres du Bureau Politque (il y a des doublons mais…)

Dans un prochain billet je reviendrai sur les nouveaux arrivants, et les quelques départs…

A bientôt !

Publicités