Je postule au Conseil National #LesRepublicains33

Voilà maintenant dix huit mois que j’ai ouvert ce blog qui s’intéresse de près au fonctionnement de l’UMP, puis des Républicains mais j’ai toujours préféré l’action à la discussion… Les élections internes qui s’annoncent sont l’occasion de passer de l’autre côté et d’agir pour faire entendre la voix des adhérents, pas la mienne. En démocratie les délégués représentent ceux qui les ont élu. Je m’y attacherai si je suis élu. La Fédération de la Gironde c’est environ 5.200 adhérents et 14 délégués élus sur environ 2.000 membres du Conseil National… Je ne suis pas connu et mon blog peut passer comme critique, ce qu’il est, alors mes chances sont faibles mais qui ne tente rien n’a rien. Peut-être certains de ceux qui me lisent m’aideront, me feront confiance ils savent que je les décevrai pas.

Dans les jours qui viennent vous pouvez me poser des questions ici, ou demander à me rencontrer je ferai tout mon possible pour répondre à vos attentes.

Ma profession de foi :

profdefoi 

 

Publicités

L’organigramme au 09/09/2015

Depuis les nominations du 05/06/2015 au 11/06/2015 un certain nombre de modifications sont intervenues.
Thierry Mariani a refusé le poste de DNF des Français de l’étranger,
Alain Joyandet a été nommé Conseiller Politique le 25/06/2015

6 nominations et un changement de poste ont eu lieu le 09/09/2015

Michèle Tabarot a été nommée Conseiller Politique
Dominique Nachury a quitté son poste de SN à la Culture pour celui de SN l’Enseignement scolaire
Florence Portelli (membre du BP) l’a remplacé comme SN à la Culture.
Jean-Baptiste de Froment Secrétaire National à l’Enseignement Supérieur.
Bernard Reynes Secrétaire National à l’Economie Numérique.
Gil Averous (Comité des Maires) Secrétaire National à l’a Prévention de la Délinquance.
Jacques-Alain Benisti Secrétaire National à la Fonction Publique
Numériquement cela fait 6 personnes de plus (A ma connaissance personne n’a été nommé en remplacement de Thierry Mariani) et quelques exceptions aux binômes de Secr. Nat. établis en juin (pour chaque fonction deux SN avaient été nommés) : 3 SN à l’Economie Numétique, un à la Prévention de la Délinquance et un à la Fonction Publique, il faut peut-être s’attendre à de nouvelles nominations pour rétablir ces « binômes ».  

Ces ajustements portent le nombre de cadres figurant sur l’organigramme officiel à 129 (si mes calculs sont exacts…)

cadres20150909

.

Liens:

Mariani refuse le poste de DNF

nominations SN

Nominations #LesRepublicains – Les Entrants

Les entrants dans l’organigramme Les Républicains.

Ma base de référence est l’organigramme qui était disponible sur le site de l’UMP et les 3 listes de nominations publiées par LR entre le 2 et le 11 juin. Ce sont des informations publiques qui sont, ou étaient, disponibles sur le site de l’UMP et celui du nouveau parti « Les Républicains »

J’ai considéré que tous ce qui n’apparaissaient pas sur cet organigramme étaient « nouveaux ». Certains de ces nouveaux avaient déjà des fonctions par exemple Poletti, Cochet, Grossetête sont membres du BP (Bureau Politique) Cochet, Meslot, Kuster -sauf erreur de ma part- sont membres de la CNI (Commission Nationale des Investitures)

nouveaux

Nominations: Considérations sur la ComEx

Considérations sur la ComEx

J’ai déjà dit quelques mots sur la Comex dans un billet précédent mais la nomination des SN m’oblige a y revenir. La lecture attentive des Statuts montre que la Commission exécutive est un organe de réflexion : Ce n’est pas un hasard si elle à remplacé presque mot pour mot l’ancien Comité d’Orientation. Son rôle est « d’alimenter le parti en idées et propositions dans les principaux domaines intéressant l’action publique et la vie nationale, européenne et internationale» On imagine donc un groupe structuré et réfléchi pour lequel on a choisi des thèmes qui reflètent les priorités du parti et qui est un véritable «think thank» On imagine aussi que les choix sont délicats et font l’objet de longues discussions avant leur mise en place par le Bureau Politique.
Je peux me tromper mais ce n’est pas l’impression que j’ai. Un exemple ? Comparez la liste des attributions des anciens SNF/SNT et celle des actuels SN : des axes de réflexion ont disparu et pourtant ces thèmes ont tous moins de 6 mois d’existence…. On change si vite d’avis ou on avait décidé dans l’urgence la première fois ? 

Nominations: Pourquoi ces changements de titres ?

Pourquoi ces changements de titres ?

Nous avions des Délégués Nationaux (7 DN), des Délégués Généraux (5 DG), des Secrétaires nationaux Fonctionnels (12 SNF) et Thématiques (30 SNT) nous avons maintenant un Délégué Général, 12 Délégués, 7 Délégués Nationaux qui sont sous la direction d’un SGA , 14 Délégués Nationaux Fonctionnels.et 58 (=2*29) Secrétaires Nationaux

Les autres postes (Porte-Parole,Conseiller Politique) ne changent pas de nom.

La seule chose qui saute aux yeux c’est qu’on a maintenant des Secrétaires Nationaux, et c’est un poste qui est inscrit dans les Statuts, ainsi que l’organe qui leur est associé la ComEx (Commission Exécutive) !

Car, je le répète, le Président peut nommer qui il veut dans les postes qu’il veut si ces fonctions n’existent pas dans les Statuts (ou le Règlement Intérieur ?) ces postes n’ont pas mandat pour participer à la Direction.

Si on accepte cette proposition alors le jeu des mouvements de personnes (par exemple Pierre Charon qui était DN à la Chasse et devient SN à la chasse intègre automatiquement la ComEx) peut donner une indication du déplacement des pouvoirs dans l’organigramme..

Nominations: Pourquoi ces « binômes »

Pourquoi des Binômes ?

29 binômes de Secrétaires nationaux, j’ai cru tout d’abord à un renforcement de la parité, je sais NKM -entre autres- très favorable à la parité et j’approuve cette idée, mais dès la 3eme ligne je me suis rendu compte que ce n’était pas le cas. Les statuts prévoient que chaque SN préside un Groupe de Travail ces binômes ne me semblent pas judicieux, sauf si chacun avait ses prérogatives mais dans ce cas là pourquoi créer des binômes ?

Nominations: Beaucoup de monde

Une nouvelle équipe dirigeante (selon la formule consacrée) vient d’être désignée, a priori elle est complète puisque les dernières nominations ne se terminaient par l’autre formule consacrée : «d’autres nominations suivront». Je ne discuterai pas dans ce billet des personnes elle-mêmes je n’ai pas une connaissance suffisante des uns et des autres -sauf des plus connus- pour interpréter la sens politique de ces nominations J’y reviendrai certainement plus tard…

Pour garder l’esprit blog et mettre de petits textes plus faciles à assimiler et nécessitant moins de temps de lecture j’ai divisé mon article en 4 billets

Beaucoup de monde
On a encore augmenté le nombre de cadres nommés. Les instances sont composées de membres élus (comme le président, ou la plupart des membres du CN) de membres de droit (souvent des élus maires, parlementaires…) et de membres nommés. C’est sur ceux-là qu’on peut jouer le plus facilement, les Statuts n’imposant pas vraiment de limites… et au niveau national ces membres sont le plus souvent nommés par le Président bien que les Statuts précisent dans la plupart des cas que c’est le Bureau Politique qui approuve et nomme les cadres sur proposition du Président. Les communiqués publiés ne rendent pas compte de cette obligation statutaire, je lis à presque chaque fois «le Président a nommé» mais je chipotons pas trop, je pense que le Président obtiendrait sans difficulté l’aval de son Bureau Politique. Bref on passe d’environ 80 personnes à quasiment 110 soit 40% de plus si on garde en mémoire que le BP est passé d’une cinquantaine de personnes (54) a 120 on se demande quel est le sens de cette évolution.

J’ai bien ma petite idée…:-)